Accéder au contenu principal

Soro-cité‧é‧s : quel est le dernier ouvrage féministe que vous avez lu ?

Quel est le dernier ouvrage féministe que vous avez lu

Le printemps, c’est le temps de la rentrée littéraire féministe. On vous a demandé quelles étaient vos dernières lectures. Voici vos réponses envoyées sur nos comptes Instagram, Twitter, Facebook et notre boîte mail.

Florence 36 ans

Les orageuses de Marcia Burnier

Ce court roman est un coup de poing. Une claque pleine de sororité qui dérangera sûrement mais qui marque tellement. Nous découvrons des femmes qui ont chacune subi des viols. Qui l’ont mal vécu (evidemment) et qui malgré le fait qu’elles s’en sont relevé n’ont jamais oublié. À leur tour, elles veulent laisser une trace chez leur agresseur. Alors elles vont agir, puisqu’on est jamais si bien servi que par soi-même. Elles seront parfois violentes pour trouver une libération de leur esprit, et à leur tour briser la vie de ces violeurs. Un roman brut à l’écriture choc que l’on oublie pas !

Marie, 27 ans

“Gros coup de cœur pour Le Génie Lesbien d’Alice Coffin. Elle met enfin des mots sur de nombreux maux qu’on peut ressentir en tant que femme et en tant que lesbienne dans la société, en particulier en France. Elle révèle également les conditions de censure qu’elle a subi en tant que journaliste lesbienne. L’essai traite notamment de la représentation LGBTQIA+ dans le milieu culturel et médiatique, ou encore du coming-out. Au fil de la lecture je ne faisais que me dire « Merci Alice de parler de ça, et puis de ca, et de ça aussi ! ». À la fin, je me suis simplement dit que j’étais fière d’être lesbienne. Fière de faire partie de ce mouvement de libération des femmes et de représentation des lesbiennes. Je le recommande fortement, peu importe votre identité de genre et votre orientation amoureuse et sexuelle. Et surtout pour vous faire un avis par vous-même et ne pas écouter les quelques phrases sorties de leur contexte par les journalistes !”

Candice, 21 ans 

Femme, race et classe, d’Angela Davis qui est un pavé dans la mare au moment où elle l’écrit (1981). En reprenant trois groupes opprimés (par le genre, la couleur de peau et la situation financière), elle inaugure la lutte intersectionnelle qui définit le féminisme que je revendique et auquel je crois ! Davis suit une démarche d’historienne, mais aussi de sociologue pour retracer l’histoire du féminisme sous l’angle des femmes noires, ce qui est bien trop rarement évoqué.

Ninon, 28 ans 

Le dernier livre féministe que j’ai lu est La terreur féministe : petit éloge du féminisme extrémiste, de l’activiste Irene. J’y pense beaucoup depuis que je l’ai refermé. Il part du constat que « le féminisme n’a jamais tué personne » et démontre que la violence a en réalité toujours fait partie du féminisme. Sans pour autant en faire l’éloge, l’autrice nous montre que bien souvent elle a permis à des femmes de vivre, de s’émanciper et de combattre les violences patriarcales quand elles n’avaient pas d’autre choix. Alors que la notion de violence est souvent discutée au sein d’autres mouvements, je pense qu’il est temps de la repenser et de l’analyser au sein de nos luttes. Cet essai se lit rapidement et il est, selon moi, à mettre entre toutes les mains ! 

Marie

Ne nous libérez pas, on s’en charge, de Bibia Pavard, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel. Au-delà de connaître l’histoire du féminisme en France et savoir quels obstacles elles avaient franchi, je me devais, comme un hommage, un remerciement, de connaître l’histoire et les combats de ces femmes (et hommes) qui ont ouvert la voie à tous nos droits d’aujourd’hui. 


Maïté

La Terreur Féministe – Petit éloge du féminisme extrémiste, d’Irene. Ça m’a beaucoup fait réfléchir aux modes d’actions de notre lutte féministe et comment ils sont jugés de l’extérieur (parfois même entre nous). Irene développe très justement autour de la violence dans la lutte féministe, en montrant comment elle n’est en fait que le reflet des violences que nous inflige le patriarcat… et parfois la seule réponse possible pour ne pas mourir. À mon avis, ce livre est vraiment nécessaire pour nourrir les réflexions sur les modes d’actions dans nos luttes.

Juliette, 19 ans 

“Je ne lis pas énormément de littérature féministe en ce moment, mais mon livre féministe préféré est Sorcières. La puissance invaincue des femmes, de Mona Chollet. L’autrice a décrié les origines du patriarcat, ébranlé les idées reçues et présenté ce pouvoir que nous possédons et que les hommes veulent nous retirer depuis des siècles, par peur ou bien par jalousie notamment. Ça m’a éclairé sur énormément de choses, même ma mère est devenue fan ! Il m’a beaucoup servi car j’ai fini par devenir une sorcière moi-même et prendre un peu plus confiance en moi et ce dont je suis capable. 

Mélanie, 21 ans

“Dernier ouvrage lu : On ne naît pas féministe, on le devient, de Julia Pietri. Puis acheté hier en librairie : Manuel d’activisme féministe de Clit Révolution. En finir avec les violences sexistes et sexuelles, de Caroline de Haas. Et ce matin, j’ai commandé : Féminisme et philosophie, de Geneviève Fraisse ; Le deuxième sexe, tome 1, de Simone de Beauvoir; La nuit des Béguines, d’Aline Kiner. Voilà voilà, je commence enfin à me faire ma petite bibliothèque féministe, je suis trop heureuse !” 

Abonnez-vous et recevez le samedi notre newsletter féministe et participative

Traitement en cours…
C'est tout bon, on se retrouve tru00e8s vite !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s