Accéder au contenu principal

Mois : mars 2021

Qui sont les féministes de la génération Z ? Épisode 1

Elles ont la vingtaine, ont grandi avec #MeToo et se définissent comme « intersectionnelles », « radicales », « vénères ». Rencontre avec la nouvelle génération de féministes, qui renouvelle les codes du militantisme et ouvre le champ des combats.

Qui sont les féministes de la génération Z ?

Soro-cité·e·s : Qu’est-ce qui vous plaît chez la nouvelle génération de féministes ?

“Intersectionnelles”, “radicales”, “vénères”. Adolescente ou vingtenaires, les jeunes féministes n’en sont pas moins déterminées. Cette génération qui a grandi avec #MeToo est sur tous les fronts. Les nouvelles féministes n’ont pas peur d’aborder des sujets tabous, de descendre dans la rue, de dénoncer les agressions sexuelles et viols ou encore de s’afficher en crop top dans leur lycée pour dire « stop » au patriarcat.

Harcèlement de rue : Nous sommes « le sexe de la peur »

Prostituées « tradi » de la rue Saint-Denis, escorts de luxe, dominas dans un donjon BDSM à Londres… Dans son livre Vilaines Filles (éd. Anne Carrière, 2020), la journaliste Pauline Verduzier dresse le portrait de personnes ayant décidé de vivre du travail du sexe, mais aussi de leur clientèle féminine. Loin des clichés et en s’affranchissant des stigmates qui leur collent à la peau.