Accéder au contenu principal

Soro-cité·e·s : Qu’a éveillé en vous la récente mise en lumière des luttes anti-racistes et féministes ?

Quelques semaines après les manifestations Black Lives Matter en France, nous avons demandé à nos lecteurs·rices ce que cette prise de conscience a éveillé en eux·elles. Voici leur réponse.

 

Aude, 32 ans

Pour moi, c’est enfin la reconnaissance de ces luttes qui ont en commun d’être cachées ou d’avoir mauvaise presse, d’être facilement balayées d’un revers de la main par ceux qui monopolisent la parole publique. C’est aussi un formidable élan culturel, l’occasion de lire les ouvrages majeurs des différents mouvements, de regarder des docus, des films, des séries, bref d’être réceptive à d’autres paroles et d’autres idées que celles qui viennent « d’en haut ».

Ça ne me suffisait pas de me dire « je ne suis pas raciste », ça ne fait pas avancer les luttes.

Hélène, 29 ans

J’ai récemment acheté Le racisme est un problème de Blancs de Reni Eddo-Lodge, j’ai eu envie de me documenter sur le privilège blanc dont je croyais avoir déjà conscience alors qu’il m’aveugle sans doute au quotidien. Ça ne me suffisait pas de me dire « je ne suis pas raciste », ça ne fait pas avancer les luttes. Quand j’étais étudiante, j’ai pris différents cours qui s’appelaient « gender, race & sexuality », en France et en Australie et c’était déjà vraiment enrichissant. J’ai pris conscience de plein de choses à travers des livres mais aussi des discussions avec des personnes noires. Et au quotidien, je me contentais simplement de réagir quand quelqu’un de mon entourage ou non disait un truc raciste, même de racisme ordinaire, sous forme de blague. Sauf que là, je me suis dit que j’ignorais encore beaucoup de choses et qu’il ne fallait pas que j’arrête de me documenter sur ces problèmes que subissent perpétuellement les personnes noires.

Je me suis rendu compte que ma vision du monde était loin de la réalité

Arnaud, 33 ans

Après les manifestations Black Lives Matter en France, j’ai discuté avec mes plus vieux amis de sujets que nous n’avions encore jamais abordés. L’un d’eux est noir et je ne savais pas que, dès le collège, il avait subi des remarques racistes. Je me suis rendu compte que ma vision du monde était loin de la réalité, que je devais essayer de faire plus, même si ce n’est qu’à mon échelle.

 

Pour vous abonner gratuitement à notre newsletter et recevoir chaque samedi des infos féministes c’est par ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s